Cercle Condorcet de Paris Afficher la date et l'heure en temps réel en javascript

   ☰

Document sans titre



Disparitions


mise en ligne: mercredi 9 février 2011


- Claude NICOLET

Historien de renom spécialiste de l’Antiquité, ce membre fondateur du Cercle est disparu le 24 décembre 2010.

« L’idée Républicaine en France de 1789 à 1924 » (Gallimard, 1982) demeure une grande contribution à l’histoire contemporaine.

En 1984 et 1990, Jean-Pierre Chevènement l’avait chargé de deux rapports, l’un sur « La restauration l’éducation civique à l’école » et l’autre sur « la formation civique dans les armées ». Il est enfin l’auteur d’une ambitieuse étude sur le sentiment national « La Fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains » (Perrin, 2003).

****************************

- Jean Guilhot

nous a quittés début novembre 2010. Le 21 octobre, il participait encore à une plénière du Cercle. Cette disparition – pour brutale qu’elle fût – a été dans la droite ligne de ses souhaits et de ses engagements.

Neuropsychiatre, anthropologue, psychanalyste et socioanalyste, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur ces sujets. Jean Guilhot a tenté par sa pratique, ses recherches et ses enseignements, d’élaborer un nouvel Humanisme éthique et scientifique, pédagogique et thérapeutique dans le sillage des Sciences Humaines, des Sciences de la santé mentale et des Sciences de la communication.

Délégué de l’Association ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) du 15ème , membre d’Amnesty International, il venait de publier trois jours avant son décès un dernier ouvrage « La Révolution Humaniste » ( Ed. de Broca).

Tous ceux qui ont travaillé avec lui appréciaient son écoute, sa disponibilité et sa générosité, toujours prêt à accueillir des avis divergents, voire opposés. Homme engagé, de convictions mais agnostique en dépit d’une éducation religieuse, il avait ce côté « indigné » de jeune homme de 88 ans, à l’instar de Stéphane Hessel que nous avons entendu le 8 janvier dernier.
Il est mort à sa table de travail, debout, comme il l’avait souhaité, en nous laissant son dernier poème.

« Je veux mourir debout dans mon propre jardin.

Je veux mourir pieds nus dans l’herbe du chemin ».

« Nous voulons tous mourir d’un geste de bonté

Puisant tous dans la coupe d’un ultime partage,

Pour être délivré par le même breuvage !

La rosée sur nos lèvres d’un clair matin d’été … »

« Un jour viendra couleur des beautés de la terre

Où nos amis viendront pour nous tendre la main

Quand il faudra franchir le fleuve du mystère …

Merci de nous donner ce fabuleux venin…

Ce cadeau de l’Amour, ce festin de lumière… »

« Nous bâtirons un jour un monde sans souffrance

Où l’agonie sera un triste souvenir
Et, où nous laisserons aux enfants à venir
Cet héritage en fleur de la vraie délivrance. »

Jean GUILHOT

retour au début des forums
Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 1, soit 28 % de 4. Au total, ce site fait environ 525 visites par jour.



site réalisé avec SPIP | navigateur conseillé firefox - | - Accès réservés: Conseil d'Administration - | - Bureau
AccueilL - | - En résumé - | - Tout le site - | - Admin