Cercle Condorcet de Paris Afficher la date et l'heure en temps réel en javascript

   ☰

Document sans titre



Le piège
TRIBUNE DU 11 SEPTEMBRE 2001


mise en ligne: mardi 11 décembre 2001


L
es attentats du 11septembre ne pouvaient rester impunis. Mais la voie choisie, celle de la guerre, était-elle la seule, et a-t-elle été la bonne ? Elle apparaît lourde d’ondes de choc. La coalition anti-talibans a été cimentée de manière douteuse, et aucune politique alternative aux pratiques impériales du passé ne se dessine.
Les perceptions croisées sont brouillées. La portée du changement ne se révèlera qu’avec le temps. L’ Occident est apparu comme un bloc, et la petite musique que l’Europe s’efforçait de faire entendre n’est plus audible. Les approbations de l’action de Ben Laden ne sont pas de nature religieuse mais d’ordre politique : les États-Unis ont été punis pour n’avoir pas tenu les promesses faites lors de la guerre du Golfe. Les humiliés du monde arabo-musulman - et de ce que l’on appelait autrefois le Tiers-Monde -ont éprouvé le sentiment que le maître injuste est vulnérable, et que l’action doit succéder à la résignation.

Du côté occidental, le désarroi s’est exprimé en termes maladroits : « Croisade », lutte du « Bien contre le Mal », « Justice infinie » ... Les correctifs formels ont-ils suffi ensuite à modifier le sentiment de nombre de musulmans, que l’Islam en tant que tel est visé ?
En bref : d’un côté, un habillage religieux et manipulateur masque des aspirations politiques et économico-sociales ; de l’autre, la répression du terrorisme s’accompagne d’une perception manichéenne des enjeux.
Desserrer le piège ouvert des affrontements multiformes suppose - de part et d’autre - un ressaisissement.
Les États-Unis et l’Europe, qui concentrent l’essentiel de la puissance mondiale sauront-ils réorienter leur action là où l’exercice d’une domination brute tenait lieu de politique ? Les « dossiers » en souffrance ont nom Palestine, Irak, régulation de l’économie globalisée, contrôle des commerces délictueux, réduction des inégalités Nord-Sud ... Mais le risque est grand de voir privilégiée la piste sécuritaire sans procéder à ces révisions structurelles. Les opinions publiques ont paru avaliser des mesures dont les risques d’application sélective, avec des « contrôles au faciès », inquiètent les défenseurs des droits de l’homme de nombreux pays.

Le champ de la culture est à l’épicentre du séisme : c’est là que se jouera, dans les têtes, le choix décisif entre coopération et affrontement. Les incompréhensions doivent être levées avec le monde musulman proche, arabo-berbère et turc. Une opposition binaire s’est affirmée avec une inquiétante rapidité : ici l’image de démocraties détentrices des seules vraies valeurs universelles et opposées à une religion fanatique ; là l’image d’un Occident matérialiste devenu agresseur direct de l’islam après avoir colonisé les principaux pays musulmans.
Ces constructions se fondent sur l’ignorance, mais aussi sur une égale incapacité de procéder aux autocritiques nécessaires : chaque histoire et chaque système de valeurs doit être réévalué de l’intérieur.

S’il est essentiel pour l’avenir que les voix novatrices se fassent entendre avec plus de force dans le monde musulman, il est non moins capital que nous procédions à plusieurs réexamens de notre côté.
Nos télévisions ont trop souvent sacrifié au sensationnel et conforté le stéréotype du musulman voué à tous les extrémismes, qu’ils soient sexistes ou guerriers. Les effets en ont été détestables, confirmant chez l’un - le « Gaulois » - d’anciens préjugés, chez l’autre - le musulman - la conviction d’être voué à l’incompréhension et au rejet. Une critique plus active des dérapages et une amélioration de la formation des journalistes s’imposent.

En amont, l’école devrait réserver une plus juste place à la connaissance de l’islam, en distinguant le « fait religieux », qui relève de la croyance, et le « fait culturel » avec ses apports généraux à la civilisation. Réévaluer ces apports suppose de donner à la langue arabe toute sa place, de souligner ce qui est dû à la période andalouse, de ne pas réduire l’ancienne présence ottomane à l’oppression, de valoriser les créations d’aujourd’hui où s’illustrent hommes et femmes issus de l’immigration.
Qui ne voit qu’après tant de dénis, une telle reconnaissance apporterait aux jeunes musulmans une plus juste fierté de ce qu’ils sont et offrent, et aiderait à écarter les fantasmes d’un islam de rupture ?

Robert Bistolfi

Robert Bistolfi

Membre du Conseil d’administration du Cercle Condorcet de Paris
Directeur honoraire à la Commission européenne,
membre du comité de rédaction de la Revue " Confluences Méditerranée "



Envoyer ici vos commentaires sur cet article!




retour au début des forums
Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 1, soit 21 % de 5. Au total, ce site fait environ 521 visites par jour.



site réalisé avec SPIP | navigateur conseillé firefox - | - Accès réservés: Conseil d'Administration - | - Bureau
AccueilL - | - En résumé - | - Tout le site - | - Admin