Cercle Condorcet de Paris Afficher la date et l'heure en temps réel en javascript

   ☰

Document sans titre




Sommaire des anciens numéros de la Lettre:

N°01 | N°02 | N°03 | N°04 | N°05 | N°06 | N°07 | N°08 | N°09 | N°10 | N°11 | N°12 | N°13 | N°14 | N°15 | N°16 | N°17 | N°18 | N°19 | N°20 | N°21 | N°22 | N°23 | N°24 | N°25 | N°26 | N°27 | N°28 | N°29 | N°30 | N°31 | N°32 | N°33 | N°34 | N°35 | N°36 | N°37 | N°38 | N°39 | N°40 | N°41 | N°42 |


Cet article est publié dans la rubrique:

" libre opinion "


Lire dans la même rubrique:

Il y a au total 22 articles dans cette rubrique, cette page en affiche 5 par ordre chronologique

0 | 5 | 10 | 15 | 20

À Monsieur le Président de la République
lundi 18 septembre 2017
A propos des discours d’Athènes
lundi 11 septembre 2017
Humeur !
mardi 25 juillet 2017
Billet d’humeur
mercredi 24 mai 2017
Plan Jeunesse
lundi 20 février 2017

Retour sur le projet de loi sur les conditions du travail
« Comment la sagesse peut venir de l’étranger »


mise en ligne: vendredi 25 mars 2016


Il est quelquefois réconfortant de lire les articles publiés à l’étranger. Il en est ainsi de l’article « Loi du travail : les Français doivent se mobiliser » de Gabriela Canas, publié dans le très sérieux « El Pais » et repris dans le numéro de Courrier International du 10 au 16 mars 2016. Cet article permet de relativiser et mettre à sa place la querelle qui a opposé en France les « anciens » de la Gauche « traditionnelle » et les « modernes » de la Gauche « évoluée » conduits par leur champion Emmanuel Macron sous la houlette du Premier Ministre, à propos des conditions du travail. Il est, en effet, très « tendance » actuellement de dénigrer les premiers, qualifiés d’archaïques, et de porter au pinacle les seconds.

Certes, la philippique de Martine Aubry, avec ses accents dénotant une certaine rancœur, mais cosigné par des personnalités à l’objectivité incontestable, a, peut-être, contribué à crisper les positions des opposants à la première version de cette loi, très sensiblement modifiée depuis lors à la suite de la campagne recueillant un million de signatures. Toutefois, il serait bon d’écouter certains écrits en provenance de l’étranger. C’est le cas de Gabriela Canas. On citera de larges extraits de son article, tant ils contribuent à remettre en place les idées quelque peu dérangées par les esprits échauffés.

Je cite.
« Les Français ont raison de se mobiliser : ce n’est pas une réforme naturelle de la Gauche et elle est dangereuse. L’Espagne a adopté une loi analogue, il y a quatre ans, qui a fait très mal aux Espagnols. Aujourd’hui, le chômage n’a pas baissé, contrairement à ce que l’on entend souvent. Il aurait même dû augmenter s’il n’y avait pas eu la légère reprise économique que l’on observe en Europe, grâce à la chute des prix du pétrole. Par contre, il y a eu des licenciements massifs dans beaucoup d’entreprises facilités par cette loi et les salaires ont considérablement baissé.

Bien sûr, les Français doivent faire quelque chose, car le problème est un vrai problème. Mais il existe d’autres solutions que de simplement casser les droits des travailleurs. Il faut trouver une voie différente et regarder ailleurs pour voir les bonnes solutions qui ont été trouvées. Nous pensions que les Français en étaient capables. Pour les Espagnols, la France est un miroir, un exemple pour toute l’Europe. Elle symbolise la résistance, la patrie des droits de l’homme et des droits des travailleurs. Or la réforme des droits du travail va à l’inverse de cela. Nous observons donc sa mise en place avec une certaine déception… »

Il faut prendre très au sérieux ces propos. On pourrait d’ailleurs en tenir de semblables à propos des vertus que l’on prête aux réformes de G. Schröder qui sont actuellement portées au pinacle par certains bons esprits et dont on omet de dire qu’elles ont condamné beaucoup de salariés – en particulier des femmes – à se contenter de salaires que, dans d’autres lieux, on pourrait qualifier de « salaires de misère ». Qu’il faille améliorer sur certains points la législation du travail n’est pas contestable. Mais, ce faisant, remettre en question des acquis sociaux importants mis en place à la suite de la Seconde Guerre Mondiale n’est pas admissible et, même, inquiétant. Cela ressort beaucoup plus du « y a qu’à » que d’une analyse sérieuse du problème. Il est trop facile de vouloir copier les expériences étrangères sans avoir pris la peine de les analyser correctement et d’en mesurer la singularité par rapports à la situation française. Et une telle analyse aurait eu le mérite d’asseoir les débats sur une base beaucoup plus sérieuse et d’éviter des querelles inutiles.

Jean-Pierre Pagé
Economiste

Jean-Pierre Pagé

administrateur INSEE,
ancien président du Cercle Condorcet de Paris



Envoyer ici vos commentaires sur cet article!




Il y a 2 contribution(s) au forum.
Retour sur le projet de loi sur les conditions du travail
2 avril 2016
par Cole Porter

Very good paper. Congratulations

Retour sur le projet de loi sur les conditions du travail
26 mars 2016
par André Almeida

Bravo pour cet article. Amis du Cercle Condorcet de Paris,
continuez !

retour au début des forums
Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 1, soit 27 % de 4. Au total, ce site fait environ 525 visites par jour.



site réalisé avec SPIP | navigateur conseillé firefox - | - Accès réservés: Conseil d'Administration - | - Bureau
AccueilL - | - En résumé - | - Tout le site - | - Admin