hierarchie_sommaire Afficher la date et l'heure en temps réel en javascript
over-menu-FINAL Afficher / Cacher une boite div en javascript ☰ menu Document sans titre



plénière du Jeudi 11 octobre 2018




mise en ligne: samedi 13 octobre 2018


Michel Yahiel
  • Jeudi 11 octobre 2018

    3 rue Récamier, Paris 75007
    métro Sèvres-Babylone

    avec Michel Yahiel
    Directeur des retraites et de la solidarité à la Caisse des dépôts et consignations
    sur le thème:
    « la protection sociale, enjeu des réformes »

  • Pour beaucoup, la protection sociale est un socle nécessaire, voire intangible de notre société. La référence au programme du Conseil National de la Résistance qui voulait : "un plan complet de sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail» est souvent invoquée pour critiquer les réformes. Stéphane Hessel, qui fut membre de notre Cercle, affirmait dans son livre Indignez-vous, « C'est tout le socle des conquêtes sociales de la Résistance qui est aujourd'hui remis en cause ». Pour d’autres, le modèle de protection sociale, s’il a permis le maintien de la cohésion sociale, a atteint ses limites : les prélèvements pour permettre une répartition de la production nationale ont atteint leur maximum et ne peuvent que décroitre, sous l’influence du libéralisme individuel et des concurrences mondiales. C’est ce que nous a expliqué l’an passé, avant les élections, Marcel Gauchet pour mettre en évidence la défaite et donc la fin des modèles sociaux dans les démocraties issues de la seconde guerre mondiale, particulièrement en Europe. Même la gauche se serait ralliée à un programme néolibéral, selon lui.
    Entre ces deux mondes, le supposé ancien et le supposé nouveau, comment pouvons-nous penser l'avenir des protections sociales?
    Le débat qui se lance sur la réforme des retraites est une occasion de revenir sur la notion de solidarité qui semble devoir être remplacée par un principe d’égalité des droits. Enfin l’ensemble des lois travail, sur la formation professionnelle, l’éducation, les réformes envisagées sur l’indemnisation du chômage et le retour à l’emploi, etc., constituent un chantier qui pourrait laisser penser qu’il est une alternative positive à la « protection » et destinée à la remplacer, au moins partiellement. Une révolution nécessaire?



    Le débat suivant

    jeudi 8 novembre 2018 :
    plénière avec
    Grégoire Borst
    sur « les neurosciences et l’éducation ».

    Les plénières sont ouvertes aux membres du cercle et à leurs invités
    Nous comptons sur votre présence et vous prions de croire à nos meilleurs sentiments
retour au début des forums
Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 1, soit 45 % de 3. Au total, ce site compte environ 645 visites par jour.



site réalisé avec SPIP | navigateur conseillé firefox - | - Accès réservés: Conseil d'Administration - | - Bureau