Cercle Condorcet de Paris Afficher la date et l'heure en temps réel en javascript

☰ Menu

Document sans titre



Des profits, pourquoi faire ?



mise en ligne: mardi 15 novembre 2005


Malgré une conjoncture a priori médiocre, les principaux groupes Français ont récemment annoncé des résultats financiers impressionnants : Total a dégagé un bénéfice de 9 milliards d’Euros, BNP Paribas et la Société Générale d’environ 4 milliards d’Euros chacun ; les Groupes de BTP annoncent des résultats en forte croissance, ...

D’un côté, on ne peut que se réjouir de voir des Groupes Français afficher une bonne santé et soutenir la concurrence internationale. En effet, le démantèlement en cours de Péchiney (dont la Commission Européenne est partiellement responsable) montre qu’un pays, qui prétend se faire entendre, doit posséder des champions nationaux.

D’autre part, deux questions se posent :
- pourquoi ces Groupes ont-ils atteint de tels sommets et comment y sont-ils arrivés ?
- comment cette manne doit-elle être gérée et redistribuée ?

Les causes de la montée des profits

La conjoncture a aidé certains Groupes : forte hausse du pétrole, boom de l’immobilier, une bonne conjoncture internationale pour l’acier, ...
Contrairement à ce que prétend le gouvernement, la conjoncture internationale est favorable (+ 5 % de croissance mondiale en 2005). Si la croissance ne se décrète pas (cf. la période 1981-1989), elle se mérite.

Malheureusement, à son arrivée à Matignon, Jean-Pierre Raffarin a dressé un tableau apocalyptique de l’état des finances publiques notamment pour la retraite et l’assurance maladie. Il s’en est aussi pris rapidement aux plus faibles (ASS, tentative de réduction des pensions de reversion, diminution de divers crédits de formation, ....). La réaction des Français a été claire : face au danger, ils ont épargné (beaucoup plus que dans d’autres pays). L’action du gouvernement a donc contribué à freiner la croissance de la France.

D’autres résultats favorables sont fondés sur des causes plus structurelles : certaines sociétés ont acquis de bonnes positions stratégiques ou recueillent les fruits de leurs efforts passés (transport, énergie, BTP, luxe, ...)
Toutefois, dans certains cas, la façon dont ces bons résultats sont obtenus suscite des interrogations :
- beaucoup de grands Groupes les obtiennent au détriment des PME et de leurs sous-traitants : les procédures d’achats modifiées souvent à la suite d’intervention de consultants Anglo-Saxons défavorisent de nombreuses PME, les banques leur facturent de plus en plus de services, l’oligopole des distributeurs alimentaires a des relations très dures avec ses fournisseurs (d’où la constitution de géants Procter-Gillette, Nestlé, Unilever, ...).
- l’augmentation des profits est concomitante d’une limitation de l’investissement en recherche ou en nouveaux projets en France, ce qui traduit une grande frilosité ;
- elle s’est accompagnée d’une réduction des effectifs et du maintien des salaires à un niveau bas, sans redistribution des produits de la croissance.
De nombreux managers se laissent griser par les chiffres et ne recherchent que l’accroissement des bénéfices à court terme. Une réflexion citoyenne sur la façon dont ces bénéfices sont obtenus doit être menée. Il faut ensuite réfléchir sur leur répartition.

Que faire de ces profits ?
La stratégie actuelle de beaucoup de Groupes est claire :
- minimiser les risques et les développements
- se désendetter
- reverser un maximum aux actionnaires via des dividendes en forte croissance et des rachats d’actions
On en arrive à voir Microsoft verser 30 milliards de dollars à ses actionnaires ou à voir les analystes financiers estimer que France Télécom devrait fortement accroître ses dividendes alors que cette société doit encore faire face à des menaces futures importantes et à une dette de 45 milliards d’Euros. Il suffira de continuer à massivement réduire les effectifs !

Des affectations alternatives des bénéfices sont possibles ; certaines sont d’ailleurs plus favorables au développement de l’entreprise à moyen terme.
Accroître les projets de recherche et développement.
La plausibilité d’une crise énergétique majeure est aujourd’hui forte (la récente montée du cours du baril de pétrole est plus structurelle que conjoncturelle). Le changement climatique est une des plus grosses menaces que l’humanité aura à gérer au XXI ème siècle. Des investissements s’imposent dans ce domaine notamment au niveau des énergies renouvelables. Il en est de même au niveau de la recherche médicale (peu d’investissements sont réalisés pour éradiquer ou soigner le paludisme qui tue plus de personnes que le SIDA !), des biotechnologies ...
Après plusieurs réussites majeures, l’Europe fait preuve d’un "véritable désarmement technologique" : où sont les futurs Airbus, Ariane... ? Cette situation vient moins d’un manque de recherche publique (qui doit être confortée) que du manque d’investissement des firmes privées. Les grands Groupes de l’Etat doivent investir plus et compter moins sur l’aide de l’État qui doit être aussi facilement accessible aux PME !
Accroître les investissements industriels en France

Une économie ne peut être durablement compétitive sans une base industrielle forte : on parle beaucoup de la baisse de la compétitivité, en Allemagne, mais en 2004 les exportations Allemandes ont représenté près de 50 % du PIB de la France et son excédent commercial a atteint 140 milliards d’Euros !
Ces investissements doivent être liés à l’innovation. Ils permettront à des entreprises de mieux gérer leurs secteurs mûrs ou déclinants et d’éviter des licenciements (à condition de mettre en place des programmes adéquats de validation des acquis et de formation).
Une gestion différente des ressources humaines
Les marges de manœuvre dégagées par les grands Groupes gagneraient à être prioritairement utilisées dans ce secteur :
- pour l’augmentation des salaires - au moins des primes - pour permettre une relance de la consommation
- l’amélioration de la formation - sans exclure les plus de 45 ans - et l’élaboration de programmes pour les personnes moins qualifiées ...
- l’amélioration des conditions du travail en vue de diminuer la pénibilité des tâches ou les risques d’accident ....
Une autre piste importante pourrait consister à favoriser l’embauche de personnes en difficulté, au lieu de la recherche systématique "des meilleurs". Vingt ou 30 % des Rmistes pourraient travailler immédiatement, sans oublier de nombreuses personnes sans qualification, voire de nombreux handicapés.
Bien entendu, ceci ne pourrait être mis en œuvre sans une préparation adéquate : tutorat et formation, collaboration des collègues des nouveaux embauchés, évaluation des aides connexes (logement, aide en trésorerie, ...).
Cet effort à court terme contribuerait à promouvoir une meilleure cohésion sociale, mais pourrait avoir aussi des effets positifs significatifs à moyen terme.
Renforcer le tissu économique Français
Des travaux théoriques (M. Porter) puis pratiques (développement du Nord de l’Italie ou du Pays Basque Espagnol) ont montré l’intérêt d’un tissu économique dense.
Les grandes entreprises peuvent y contribuer fortement, notamment :
- en ayant des relations plus équilibrées avec les PME (sous-traitants, fournisseurs, clients des banques) ;
- en collaborant au niveau des programmes de recherche et développement ;
- en aidant les PME à se développer à l’exportation à partir de bases Françaises.
Conclusion
La bonne santé des grands Groupes Français est une bonne nouvelle, mais elle doit être utilisée aussi de façon citoyenne pour permettre le développement à long terme de l’entreprise et pour renforcer la cohésion économique et sociale de la France.

Revenir au début

retour au début des forums
Popularité
Cet article a une popularité absolue égale à 1, soit 34 % de 3. Au total, ce site fait environ 560 visites par jour.



site réalisé avec SPIP | navigateur conseillé firefox - | - Accès réservés: Conseil d'Administration - | - Bureau
AccueilL - | - En résumé - | - Tout le site - | - Admin