Pourquoi promouvoir le néologisme « interconvictionnalité » ?

Toute tentative de promotion d’un néologisme se heurte, comme toute innovation, à de plus ou moins légitimes objections. Ce fut en son temps le cas pour le mot « laïcité », dont Ferdinand Buisson disait pourtant à la fin du xixe siècle qu’il répondait à une nécessité, « aucun autre terme ne permettant d’exprimer sans périphrase cette idée dans son ampleur ». C’est bien le cas aujourd’hui pour le néologisme interconvictionnalité. Il a trait à la multiplicité des convictions, à la légitimité de leur expression, à la possibilité de s’enrichir de cette diversité plutôt que de tenter de s’en débarrasser en imposant aux autres ses propres convictions, à celle d’agir en commun malgré des finalités différentes – toutes dimensions complémentaires qu’il est difficile de désigner autrement que par une longue périphrase sauf à disposer d’un mot pour le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.