Lettre N°39, décembre 2015

D’horribles attentats ont récemment frappé à Paris des lieux de vie, de fête, de concert. Cent trente morts et plusieurs centaines de blessés, des milliers de personnes touchées directement, leurs familles, leurs amis. C’est un pays mais aussi l’ensemble de la famille humaine qui ont été, sont encore, atteints dans leurs aspirations à la Liberté, à l’Égalité et à la Fraternité. Ajoutons Démocratie et République : ce sont les principes mêmes avec lesquels nous voulons vivre qui ont été attaqués. Le Cercle Condorcet de Paris s’est associé à la dénonciation générale de ces meurtres en appelant au respect des valeurs démocratiques.

Les thèmes de nos réunions plénières manifestent notre volonté d’appréhender, de comprendre, ce monde souvent brutal qui peine à sortir des crises, économiques, sociales et politiques.

Penser “un monde en révolution” est difficile. Parfois, il faut interroger l’histoire et les traces qu’elle a laissées dans nos comportements présents : Benjamin Stora propose de sortir du poids mémoriel qui leste encore les relations franco-algériennes.

Analyser comment la mondialisation change nos rapports aux territoires, aux principes démocratiques, est un détour nécessaire pour comprendre les résistances, les replis, les refus.

Les analyses de Thierry Pech sur les fractures territoriales mettent en évidence la complexité des décrochages des populations françaises. Bertrand de Kermel a, quant à lui, montré les risques de voir une mondialisation instrumentalisée par les multinationales, au mépris des droits et besoins des peuples.

Enfin, Patrick Viveret nous a exposé combien des rapports de travail et d’échanges reposant sur des valeurs de fraternité sont nécessaires au “bien vivre” et peuvent constituer des actes de résistance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.