Le monde qui vient Entre crises et guerres : que peuvent encore les démocraties ?

Remue-méninges

19 mars 2022

A peine pensions nous sortir de la pandémie de covid-19, qui a profondément changé les perceptions du monde, pour affronter les risques grandissants du réchauffement climatique qu’une guerre éclate en Europe, la Russie envahissant l’Ukraine.
Au delà de la sidération immédiate, les Européens ayant assuré depuis 77 ans un régime de paix après deux guerres mondiales, il faut nous interroger sur la capacité des démocraties à conduire leurs pays vers des voies de progrès et de paix. Mais aussi à gérer les moments de crises dont l’ampleur dépasse les normes habituelles.
La crise sanitaire a mis en évidence les insuffisances de nos systèmes de protection mais aussi, heureusement, les capacités d’y remédier. Il est nécessaire de tenter un bilan de la gestion de la crise sanitaire. Le texte de Jean Claude Henrard nous en propose un premier élément. Il ouvre d’ailleurs sur d’autres réflexions à propos des politiques publiques. Nous avons à plusieurs reprises évoqué en 2021 la question démocratique, notamment à propos des états d’urgence. Il est probable que le conflit en cours va réactualiser les interrogations sur les libertés civiques, les questions de sécurité, mais aussi sur les participations citoyennes aux politiques au delà des seules périodes électorales.

Les évolutions récentes de nos sociétés paraissent manifester un désintérêt pour la politique et une montée des populismes. Dans nos société de relative abondance, les philosophies politiques ont peu d’appétences pour beaucoup. Pour paraphraser Marx, répondant à Proudhon, ne sommes nous pas parvenus dans un moment de misère de la politique? La question au moins se pose.

Nos remue-méninges sont un libre débat de citoyens qui apportent, chacun, leurs analyses éclairées de la situation présente. Mais qui aussi cherchent, avec d’autres, à construire des voies nouvelles.
Le 19 mars 2022, nous avons débattu entre nous de quelques questions importantes. Autour de la crise sanitaire, mais aussi de la crise climatique, et aujourd’hui de la guerre aux portes de l’Europe.
Cela a permis de se poser ensemble les questions que nous devrions travailler au cours des prochains mois, et d’inviter à y participer des personnes compétentes.

Contributions de Jean-Claude Henrard et Michel Cabirol

Contribution-JC-Henrard-19mars2022

Ukraine-Russie-Cabirol-10032022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.