Repenser la sécurité internationale : des états nations aux puissances mondialisées

avec Bertrand Badie

16 juin 2022

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a mis en évidence l’importance de la sécurité internationale dans les relations entre états. La Russie de Vladimir Poutine a invoqué l’insécurité qu’elle ressentirait de la présence de troupes de l’OTAN à ses frontières. Son invasion serait une défense. L’Ukraine, état souverain, se retrouve enjeu de luttes de puissances dont les intérêts sont au delà de sa propre existence. Mais n’est-ce pas une guerre d’un autre temps? La sécurité peut-elle encore être assurée par des frontières, des alliances d’états-nations, dans un monde où les hommes, les marchandises et les capitaux jouent continuellement à saute-frontière? Les miliaires seraient-ils les seuls à pouvoir assurer la sécurité des peuples et des nations? Outre les tragiques exemples des deux guerres du XXème siècle, les conflits nombreux qui sillonnent le monde ne témoignent pas en faveur d’une réponse positive. Ce que les états nations pouvaient maintenir depuis le 17ème siècle dans un cadre territorial, non sans mal, devient difficile quand les risques à contenir sont mondialisés. Des risques climatiques, environnementaux, mais aussi économiques, nucléaires, etc. Pourtant les conflits territoriaux demeurent nombreux, affirmations de pouvoirs qui veulent imposer leurs lois et leur sécurité. Ou s’approprier, avec des territoires, des ressources essentielles.

Bertrand Badie propose dans son dernier ouvrage de repenser la sécurité internationale au delà des schémas Westphaliens, pour tenter une transition vers l’affirmation de puissances mondialisées qui prendraient en charge, mieux que les états ou au profit de ceux-ci, les problèmes cruciaux posés par l’humanité et à l’humanité. Bernard Wolfer, Président du Cercle Condorcet de Paris

Bertrand Badie est professeur des Universités à Sciences-Po Paris.

Son dernier livre : les puissances mondialisées, repenser la sécurité internationale, aux éditions Odile Jacob,, septembre 2021.

Il a aussi publié en 2014 puis 2019 : le temps des humiliés,, Pathologie des relations internationales, chez Odile Jacob

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.